Étiquette : gallo-romains

Sites gallo-romains

Sites gallo-romains

La Corrèze est riche de sites gallo-romains, certains n’étant connus que depuis peu puisque hormis les « arènes » de Tintignac dont parlait déjà Prosper Mérimée en 1838 (inspecteur général des Monuments Historiques), les autres sites souvent cités sur les brochures touristiques n’ont été découverts et mis en valeur que dans la seconde moitié du XXème siècle

Voilà ce que recense Victor Forot en 1913 dans son ouvrage catalogue raisonné des richesses monumentales et artistiques du département de la Corrèze  :

– les « arènes » de Tintignac

– des traces de voie romaine à Aix et à Mercoeur au lieu dit Massalve, à Jugeals (Nazareth)

– une villa romaine à Argentat, village de Longour

– des vestiges de constructions antiques à Bugeat, au lieu dit Champ du Palais,

– un cimetière gallo-romain à Malemort, des fragments de poteries ou de tuiles, des urnes funéraires, des amphores à Meilhards au lieu dit le camp de César, à Davignac, à Mestes, Pandrignes, à Salon-la-Tour, Seilhac, Saint-Angel, Saint Merd les Oussines …

– un camp romain et un(e) aigle en granit à Ussel

Par différence, on s’aperçoit que des sites majeurs comme celui des Cars, de Margerides, de Gourdon-Murat et Pradines sont alors totalement inconnus.

 1 – Le site des Cars (St Merd-les-Oussines)

Le site fut mis en valeur par Marius Vazeilles, tout à la fois garde des Eaux et Forêts, homme politique et archéologue, à l’origine d’une politique de boisement du plateau de Millevaches. Les premiers travaux intervinrent aux environs de 1936, puis reprirent après guerre toujours sous sa houlette.

À l’heure actuelle on peut découvrir sur le site, les ruines d’un bâtiment de près de 60 m de longueur, constitué de deux parties distinctes, la seconde étant de construction plus récente (sans doute fin du IIème siècle ap JC).

La modernité des aménagements est assez hallucinante pour un édifice vieux de 18 siècles : chauffage « central » par le sol (hypocauste), salle de bains avec sa réserve d’eau (l’extraordinaire bac monolithe, pesant 9 tonnes et d’une capacité de 6000 litres), système d’égouts, terrasse orientée plein sud et bordée par un étang…

le bac, un monolithe de plus de 2 m de diamètre et de 1,75 m de haut

Comme souvent, des sépultures, ici deux mausolées, voisinent avec la villa.

Il faut souligner le tour de force qui a permis, malgré la disparition de nombreux blocs, la reconstitution des édifices qu’on imagine occupés par des riches ou des notables qui profitaient en ces lieux tranquilles de la pax romana

 2 – Le site de Tintignac (Naves)

Sur la commune de Naves, en se dirigeant sur Seilhac par la D1120, on passe à proximité immédiate du site de Tintignac. Connu depuis fort longtemps sous l’appellation les « Arènes de Tintignac«  par les archéologues qui avaient identifié un théâtre antique. Prosper Mérimée1 qui fut l’un des tous premiers Inspecteur des Monuments Historiques évoque le site dans ses « Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin«  paru en 1838 et recommande alors de procéder à des fouilles afin de mettre à jour les substructions de l’amphithéâtre. Il estime d’ailleurs que cette opération peut être effectuée rapidement, en moins de quatre ou cinq jours précise-t-il …

Ces fouilles vont permettre de recenser quatre bâtiments principaux.

Mais le site va acquérir une certaine notoriété en 2004 et les années qui suivent, à la suite de la découverte d’une fosse sacrée (une favissa) renfermant des fragments d’objets, en fer et en bronze, datés de la période comprise entre le IVe et Ier siècle avant J.-C : Christophe Maniquet – le découvreur – et son équipe mirent à jour une dizaine d’épées et de fourreaux en fer, des fers de lance, un umbo2 de bouclier, une dizaine de casques en bronze et en fer dont un prend la forme d’un oiseau, des têtes ou des corps d’animaux, sept carnyx, c’est à dire des trompettes de guerre ouvragées en bronze, à tête de sanglier ou de serpent. Une reproduction d’une de ces trompettes orne le hall d’accueil du Conseil Départemental.

Ce cas n’est pas unique en France puisque des découvertes de même nature ont été faites à Gournay sur Aronde dans l’Oise au début des années 80 et plus récemment, à Ablis dans les Yvelines.

La plupart des objets découverts dans la fosse de Tintignac sont des armes ou des objets utilisés lors des combats. La mise en fosse pouvait constituer un rituel ou une cérémonie lors de laquelle les armes de guerriers morts étaient « désacralisées » afin de ne pouvoir en aucune façon être réutilisées. Ou bien constituaient-elles un butin, pris à un ennemi vaincu et dont on exposait les armes pour ensuite les enfouir ?

On dénombre sur le site quatre bâtiments monumentaux signes de l’importance du lieu : un temple (fanum), un théâtre, un bâtiment semi-hémisphérique dont on ne connaît pas l’usage et enfin un dernier bâtiment dénommé « tribunal » faute de connaître réellement sa destination.

Le temple daterait du Vème ou IVème siècle avant J.-C ; il a été agrandi à l’époque gallo-romaine et le site a été occupé jusqu’au IIIème siècle après J.-C.

1 il fut aussi écrivain (Carmen, Mateo Falcone, Colomba etc) et auteur d’une célèbre dictée

2 c’est le renflement de la partie centrale du bouclier

 

  Les autres sites gallo-romains