Catégorie : DESCRIPTION

La méridienne verte – 3

La méridienne verte – 3

La méthode de mesure par triangulation

A – Principes

Les distances sont mesurées par triangulation, c’est à dire en construisant sur le terrain des triangles solidaires les uns des des autres par un côté et en déterminant leurs dimensions :

– au départ, on mesure d’abord la base d’un triangle (AC), de quelques kilomètres, à l’aide de règles. Ce sera la seule mesure de longueur sur le terrain. Suivront ensuite uniquement des mesures d’angle.

– Aux extrémités de ce segment, en A et en C, on vise le sommet du triangle en B – qui peut être par exemple le clocher d’une église ou tout autre élément surplombant le paysage et visible à une longue distance – et on détermine les deux angles α et β à l’aide d’un appareil de visée, le cercle répétiteur.

À partir de ces données, on peut calculer les longueurs des deux côtés du triangle, puis enfin l’élément de méridien, AA1

On recommence ensuite la procédure avec le triangle suivant BCD, en mesurant les angles δ et θ et ainsi de suite.

Mais dans la réalité, les choses sont nettement plus compliquées et il faut procéder à des corrections mathématiques variées, plus ou moins complexes.

B – L’appareillage de mesure

L’appareil de mesure utilisé par Delambre et Méchain a été conçu par Jean Charles de Borda (d’où son nom, « cercle de Borda ») et construit par un artisan réputé, Étienne Lenoir ; c’est un appareil portable d’environ 1 mètre de hauteur muni de deux lunettes de visée, le cercle gradué support des lunettes ayant un diamètre d’environ 40 cm.

La lunette supérieure est pointée sur un objet ; simultanément, la lunette inférieure est pointée sur le deuxième objet et on peut ainsi lire directement l’angle formé par les deux objets depuis le point de visée. En pratique, l’opération de visée est répétée plusieurs fois, d’où le nom de « cercle répétiteur » donné à cet instrument : la lunette inférieure est pointée alors sur le premier objet ce qui a pour effet de faire tourner le cercle et donc la lunette supérieure qui en est solidaire, d’un même angle. La procédure est répétée plusieurs fois en intervertissant à chaque fois les visées. L’addition de nombreuses mesures accroît très sensiblement la précision.

Illustration de Ferat pour le roman de Jules Verne «Aventures de trois russes et trois anglais en Afrique australe» (1871) : on y voit deux savants mettant en œuvre le cercle de Borda

C – Mesures et corrections

– Les signaux à viser doivent être bien visibles, faire contraste avec l’arrière-plan, de dimensions bien calculées, de façon à être réticulés facilement : trop étroits, ils seront difficilement visibles, trop larges, ils obligeront à en chercher le milieu, ce qui entraînera une approximation

– les mesures lues sur le cercle (en grades) sont converties en degrés / minutes / secondes

– la lunette inférieure n’est pas dans le même axe que la lunette supérieure (par construction), ce qui induit une erreur d’excentricité dont il faut tenir compte (pour des distances courantes la correction est de l’ordre de 0,5″ d’arc)

– il est rare de pouvoir procéder aux visées en étant au centre de la station (exemple : si le point à partir duquel doit s’effectuer la visée est un clocher, il ne sera pas possible en général de placer l’appareillage de mesure dans ce clocher → le cercle de mesure sera positionné à proximité, mais il faudra tenir compte de ce décalage, et ce, dans les 3 dimensions pour recalculer l’angle réel :

– corriger les effets de la réfraction de l’air

– En l’absence de toute correction, on aurait, en raison du relief, une succession de triangles situés dans des plans différents et au final la détermination de la longueur de la portion de méridien serait erronée :

Il est donc nécessaire de corriger les mesures brutes pour s’affranchir des différences d’altitude. Les corrections consistent à ramener la succession de triangles sur une surface sphérique qui épouse les formes du globe terrestre.

Sur le terrain, on mesure les angles (1); puis par calcul, on reporte les mesures sur une surface sphérique de référence (2)

Cette série de corrections a pour effet de définir des triangles sphériques à partir desquels on peut calculer les angles du triangle formé par les cordes de ce triangle sphérique : la somme des angles doit être la plus proche possible de 180°(1) : lorsque ce n’est pas le cas, c’est le signe de mesures peu précises.

Exemple de formule utilisée pour corriger les valeurs brutes :

Au final, les résultats des observations corrigés par calcul sont présentés sous forme de tableaux :

(1) Contrairement au triangle plan, la somme des angles d’un triangle sphérique est toujours supérieure à 180°

Sur ce sujet, voir la page Wikipedia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_r%C3%A9p%C3%A9titeur

   
La méridienne verte – 4

La méridienne verte – 4

4 – Les anecdotes de la campagne

L’idée de mesurer le méridien et d’en déduire les dimensions de la Terre remonte aux dernières années du règne de Louis XIV : l’abbé Picard en 1670, puis Jean-Dominique Cassini (Cassini I) et Philippe de La Hire en 1683 commencent des mesures dont le but est de calculer avec précision la longueur de l’arc compris entre Dunkerque et Perpignan. Il s’agissait en même temps de cartographier la France. Le projet cartographique trouvera un premier aboutissement en 1693 et aura comme conséquence imprévue de diminuer de 15 % la superficie du royaume de France …

Les mesures se succèdent et J-D Cassini en arrivera à la conclusion que la Terre a une forme ellipsoïdale (de plus grand diamètre selon l’axe des pôles). Alors que dans le même temps, Newton et Huyghens démontrent à l’inverse, par le calcul, que la Terre est aplatie aux pôles…

Afin de lever le doute, deux expéditions sont envoyées dans le but de déterminer la longueur correspondant à un degré de latitude selon qu’on est proche de l’Équateur ou proche du pôle. La première, constituée de La Condamine, Bouguer, Godin et Jussieu, va arpenter le Pérou et la Cordillère des Andes, ce qui en fera les premiers alpinistes ; la seconde se dirigera vers les régions polaires avec comme chef de file Maupertuis. Ce dernier rapportera et exposera ses résultats en 1738 et sa conclusion est à l’opposé de celle des Cassini : la Terre est aplatie au niveau des pôles.

Pour en avoir le cœur net, une nouvelle campagne de mesure (qui fera l’objet d’une publication officielle en 1744 sous le titre « la méridienne vérifiée par de nouvelles observations« ) est organisée entre Dunkerque et Perpignan, en 1739 et 1740, par Cassini de Thury (dit Cassini III) et l’abbé La Caille. La conclusion est cette fois très claire : la Terre est aplatie aux pôles. Les triangulations effectuées par Cassini sur cette portion de territoire viennent s’ajouter à des travaux précédents et seront à l’origine de la version initiale de la carte dite « carte de Cassini », dont la première version paraît en 1744.

Près de 50 ans plus tard, la conjonction de deux facteurs va être à l’origine d’une nouvelle campagne : la demande insistante d’uniformiser le système de mesures qui remplacerait le système en place, confus et disparate, d’une part, et l’amélioration importante des moyens de mesure : le cercle répétiteur de Borda fabriqué par Étienne Lenoir spécialement pour ces mesures est alors 15 fois plus précis que les instruments antérieurs.

Un temps, l’idée de bâtir l’unité de longueur par le biais d’un pendule qui battrait la seconde avait figuré parmi les possibilités mais fut finalement abandonnée en raison des différences constatées selon la latitude et aussi pour éviter que l’unité ne dépende d’une autre unité. C’est donc l’option de rattacher la nouvelle unité aux dimensions de la Terre qui s’imposa.

Les scientifiques proposent alors de mesurer l’arc de méridien compris entre Dunkerque et Barcelone soit sur 9,5° en s’appuyant sur les observations effectuées quelques décennies auparavant par Cassini III. La mission est confiée à deux astronomes réputés, Jean Baptiste Delambre et Pierre Méchain (ce dernier a notamment contribué à enrichir le catalogue de Messier).

La campagne de mesures est une véritable aventure qui va conduire les protagonistes (les deux équipes constituées par J.B. Delambre et Méchain) à devoir faire face à de nombreuses difficultés. Il est vrai que l’époque est particulière : la révolution vient de se dérouler, les esprits sont encore enflammés, le nouveau pouvoir en place cherche à affermir son autorité et peut se montrer intraitable ou suspicieux, même vis à vis des scientifiques.

De nombreux points de repères qu’ils comptaient réutiliser, et notamment plusieurs clochers, ont été endommagés durant les années de révolution.

Delambre va mesurer l’arc partant de Dunkerque jusque Rodez qui sera le point de jonction où parviendra Méchain qui démarrera de Barcelone pour remonter vers le Nord. Les mesures commenceront en 1792, seront interrompues plusieurs fois (la Terreur) pour finalement se terminer en 1798.

L’académie à laquelle appartiennent les deux astronomes est dissoute en 1793

Delambre est exclu de la commission des poids et mesures en 1795 après qu’il eut demandé avec 5 confrères, la libération de Lavoisier …

Voici un extrait du récit de Delambre (l’orthographe de l’époque a été conservé) :

page 31

… un détachement de la garde nationale de Lagni vient visiter le château : on nous reconnaît, on se rappelle que nous avions voulu placer un signal à Montjai ; on nous enlève, on nous entraîne à travers champs par une pluie affreuse. Nous arrivons à Lagni à minuit ; je montre notre proclamation et l’ordre particulier du district de Meaux. Ces pièces étoient sans réplique.

La municipalité, pour notre propre sûreté sans doute, nous consigne à l’auberge de l’Ours avec deux fusiliers qui doivent veiller toute la nuit à notre porte.

..

Toutes les municipalités étoient en séance permanente; il falloit y comparaître. On discutoit devant nous s’il étoit prudent de nous laisser passer, et s’il ne valoit pas mieux s’assurer de nos personnes …

page 32

On trouve que nos instruments ne sont pas désignés assez clairement dans nos passeports; on veut les saisir; on exige que je les étale sur le terrain et que j’en explique l’usage. Personne n’entend la démonstration que j’en fais, et il faut la recommencer pour chaque curieux qui survient. Vainement je veux mettre dans mes intérêts deux arpenteurs qui se trouvent présens, en leur prouvant l’affinité de mes opérations avec celles dont ils font profession ; ils voient trop à la disposition des esprits qu’ils tâcheroient inutilement de parler en notre faveur. Ils n’osent donner de conclusion. Après trois heures de débats on nous force à remonter dans nos voitures que la garde armée accompagne.. On nous mène à Saint-Denys. La place étoit remplie de volontaires qui attendoïent des armes pour aller à la défense des frontières.

page 33 :

.. quelques voix proposoient un de ces moyens expéditifs si fort en usage dans ces temps, et qui tranchaient toutes les difficultés, mettoient fin à tous les doutes.

Page 42 :

Nous avions une petite armée au pied de Mont-Cassel; les avant-postes ennemis étoient près de la montagne des Chats*, où j’avois une station à laquelle je fus obligé de renoncer. En substituant Cassel, Watten et Fiefs au moulin des Chats à Hondschote et Bolle-Zèle, j’évitai les deux armées et n’eus pas besoin d’importuner le général, avec lequel je me trouvai pourtant un jour logé à Béthune.

* NdR : orthographié aujourd’hui : mont des Cats (« chat » se prononce localement « cat »)

Page 79 :

Ce qui rendoit Herment si difficile, c’est qu’on avoit abattu la partie supérieure du clocher et la lanterne où l’on s’étoit mis en 1740; il ne restoit même de la partie inférieure que la charpente, qui étoit toute à jour. Je la fis couvrir de toile blanche, parce que de Sermur ce clocher se projetoit sur des montagnes voisines. La couleur de cette toile alarmoit les habitans, qui craignoient d’avoir l’air d’arborer l’étendard de la contre-révolution. Je fis donc ajouter, d’une part, une bande rouge, et, de l’autre, une bleue. Ce moyen parut satisfaire tout le monde. Cependant, comme je m’étois pas encore bien sûr qu’on respectât long-temps mon signal tricolor où le blanc dominoit trop, je sollicitai de l’administration départementale du Puy-de-Dôme un arrêté qui mit ce signal sous la sauvegarde des autorités locales, et en effet il fut toujours respecté.

Des corréziens plutôt réfractaires :

Celui de Bort, au contraire, fut souvent insulté et sans le zèle et les soins de l’administration municipale, il n’eût pas subsisté long-temps. Le jour même où il avoit été construit, un orage affreux avoit dévasté les environs de Bort et rempli les rues de la ville jusqu’à trois pieds de hauteur, de terre et de cailloux que les eaux avoient entraînés du haut de la montagne. On avoit craint pour le pont de la Dordogne. On s’en prenoit a notre signal, qui paroissoit être la cause du désastre; on lui attribuoit encore les pluies continuelles qui, pendant près de deux mois, suspendirent toute culture dans ces montagnes. Plus d’une fois on voulut l’arracher; il en fut. de même à peu près de celui de Meimac. Heureusement ils étoient tous les deux dans des lieux écartés et d’un accès peu commode.

Page 88

J’ai fait rétablir tous les signaux et pris les moyens les plus directs pour en assurer la conservation. J’ai écrit aux administrations centrales et municipales ; j’ai requis l’emploi de l’autorité. Pour le signal de Montalet, il a fallu recourir à la force : des propos répandus, et le fanatisme, avoient tellement exaspéré les esprits qu’on détruisoit le signal aussitôt qu’il étoit relevé, et au mépris d’un avis imprimé que le département avoit fait afficher. On vient de relever ce signal et d’y poster des gardes : il n’y a plus rien à craindre. Il a fallu mettre aussi des gardes à plusieurs autres signaux. Au nord de Rodez on a été plus tranquille.

Page 92

Les savans étrangers venus pour prendre part à ces travaux étoient MM. AEneae et van Swinden députés bataves; M. Balbo, député du roi de Sardaigne remplacé depuis par M. Vassalli Eandi envoyé par le gouvernement provisoire du Piémont; M. Bugge député du roi de Danemarck; MM. Ciscar et Pédrayés députés du roi d’Espagne; M. Fabbroni, député de Toscane; M. Franchini député de la République romaine ; M. Mascheroni, député de la République cisalpine ; M. Multedo, député de la République ligurienne, et M. Trallès, député de la République helvétique.

Page 115

… Mais quand le discrédit du papier-monnaie et les retards que nous éprouvions continuellement dans les paiements nous eurent forcés à réduire toutes nos dépenses, lorsqu’enfin nous avions tout au plus de quoi payer une seule charrette attelée d’un cheval, pour nous conduire aux différentes stations …

page 258

Ce signal, semblable aux précédens, étoit placé au sommet de Mont-Chagni qui est la partie la plus élevée du Puy-de Bort. Le centre étoit à 2t d’un trou où étoit placé le signal de 1700. 0t667 en avant de ce trou, dans la direction de Meimac à .peu près, on voit deux pierres entre lesquelles étoit probablement le signal de 1740. La distance du nouveau signal au milieu entre les deux pierres étoit de 1t2222, et cette distance faisoit un angle de 298° à gauche d’Herment.

Page 261

Le signal de Meimac, semblable aux précédens, étoit placé comme en 1740, sur le sommet du mont Besson, à une bonne heure et demie de chemin de Meimac.

Sur le haut de la montagne on voit une pyramide de pierres au sommet de laquelle on a planté un arbre il y a environ vingt ans, sans doute pour la carte de France.

Le centre du nouveau signal étoit à 5t67 de celui de la pyramide, et cette distance faisoit à gauche de Bort un angle de 217° 10′ 1/2.

Les habitans des environs de Meimac et de Bort vouloient abattre ces deux signaux, qu’ils regardoient comme la cause des pluies continuelles qui tomboient depuis deux mois. Les administrations de cantons ont été obligées de faire plusieurs proclamations pour les préserver.

Le témoignage de Jerôme de Lalande, astronome, directeur de l’observatoire de Paris de 1795 à 1807 qui a recueilli les confidences de Delambre, confirme la pénibilité de la campagne de mesures :

Ce travail est pénible. Le Citoyen Delambre m écrivait de PuyViolan (NdR : dans le Cantal): «J’avais pour six heures d’ouvrage et je n’ai pu le faire qu’en dix jours. Dès le matin, je montais au signal pour n’en descendre qu’au coucher du soleil; l’auberge la plus voisine était celle de Salers. Le chemin était de trois heures pour aller, autant pour revenir et la route était la plus horrible que j’aie rencontrée jusqu ici. J’ai pris le parti de me loger dans une vacherie voisine; je dis voisine parce qu’il n’y avait que pour une heure de chemin tant le matin que le soir. Pendant les dix jours qu’a duré ce travail, je n’ai pu me déshabiller; je couchais sur quelques bottes de foin, je vivais de lait et de fromage. Presque jamais je ne pouvais apercevoir deux objets à la fois; un brouillard épais couvrait l’horizon. Pendant l’observation comme pendant les longs intervalles qu’elle me laissait, j’ai été successivement brûlé par le soleil, refroidi par le vent et trempé par la pluie. Je passais ainsi dix à douze heures de la journée exposé à toutes les intempéries de l’atmosphère; mais rien ne me contrariait tant que l’inaction»

     
------------------------------------------------------------------------

1 m = 0,513243 toise ; la toise qui se subdivise en 6 pieds de 12 pouces de 12 lignes vaut donc environ 1,95 m

Documents ou sites consultés :

– base du système métrique décimal ou mesure de l’arc du méridien rédigé par Delambre, janvier 1806, tome premier, BN https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k110604s.texteImage h

– Le procès des étoiles, Florence Trystram, Seghers, 1979

– une histoire de la méridienne, J-Pierre Martin, éditions Isoëte, 2000

– Revue de métrologie : Une grande aventure sur un méridien céleste, Louis Marquet, année : ?

https://www.science.lu/fr/mesure-terre/le-theodolite-avec-cercle-repetiteur-un-instrument-mesure-historique##

La méridienne verte – 2

La méridienne verte – 2

Sur la piste du méridien dans sa traversée de la Corrèze

Il n’est pas possible de suivre la méridienne sur son parcours, du Nord au Sud, aucune piste ou chemin n’ayant été aménagé pour le faire …

C’est aux intersections du méridien avec une route ou un chemin passant sur leur commune que les municipalités ont placé les éléments commémoratifs, constitués d’un ou plusieurs arbres maintenus par des tuteurs et d’un médaillon métallique de 20 cm de diamètre, posé sur un poteau béton de 1 m de hauteur environ :

Ce que j’ai vu (et pas vu) sur la méridienne verte (du Nord vers le Sud) :

à Couffy, il voisine avec un monolithe de forme surprenante près de l’Église et du monument aux morts :

à Courteix, bien caché dans le bois de Feyt (merci à André E. qui m’a indiqué l’emplacement) :

à St Pardoux le Neuf : non localisée …

à Ussel, en bordure de la RD 1089, direction Clermont-Ferrand. Le poteau béton et son médaillon ne semblent pas être à cet endroit …

à St Exupéry les Roches, près du hameau de Badour. L’arbre planté à l’époque est manifestement décédé !

à Mestes : pas de traces …

à Chirac-Bellevue, hameau de Vernéjoux : Le site est aménagé et propice à une halte réparatrice. C’est le seul endroit où a été mis en place un panneau d’informations, malheureusement déchiré en partie basse. Bravo à la commune !

à St Etienne la Geneste : sur la route qui part sur Chirac, mais le poteau béton et le médaillon ont disparu …

à Ste Marie Lapanouze : impossible à localiser

à Liginiac : deux médaillons commémorent l’évènement : le premier placé au sommet d’un poteau béton fiché en terre de façon classique, le second à proximité du premier mais mis en évidence sur un monolithe, en bordure de la D 20

à Sérandon : à la sortie du village, sur la D20E1 en direction du barrage de Neuvic

 

   
La méridienne verte – 1

La méridienne verte – 1

mis à jour : nov 2019

La méridienne verte

La « méridienne verte » consiste en une plantation d’arbres sur le tracé du méridien de Paris à l’occasion du changement de millénaire.

Ce méridien, situé 2°20’ à l’est du méridien de Greenwich qui constitue la référence des longitudes, passe par l’observatoire de Paris. Il a eu une importance bien particulière du fait qu’il est à l’origine de la définition de l’unité de longueur du système international, le mètre.

La partie comprise entre Dunkerque et Barcelone a été mesurée à plusieurs reprises, aux XVIIe et XVIIIème siècle, en dernier lieu au moment de la révolution, entre 1792 et 1798, par les astronomes Delambre et Mechain. Il s’agissait alors d’évaluer les dimensions de cette portion de méridien de façon à déterminer sa longueur totale et en même temps, définir la nouvelle unité de longueur, le mètre, qui serait prise égale à la 10 000 000e partie du quart du méridien terrestre. La connaissance de la longueur du méridien devait en outre permettre de calculer les principales distances dans le système solaire, qui découlaient des dimensions de la Terre.

En fait, cette campagne renouvelait des mesures réalisées auparavant, et notamment en 1739-1740 par Cassini (III), mais en utilisant cette fois des instruments perfectionnés, en l’occurrence le cercle de Borda : les mesures d’angles allaient être effectuées avec une précision 15 fois meilleure, l’incertitude ne dépassant pas la seconde d’arc près alors qu’elle atteignait 15″ auparavant.

La campagne de Delambre et Mechain ne fut pas exempte de difficultés de toutes sortes qui sont rapportées par Delambre dans son compte-rendu de 1806 auprès de l’Institut (voir en pages 3 et 4 l’aspect historique et scientifique de cette aventure)

Le projet de la méridienne verte visait à commémorer cette épopée à l’occasion du changement de millénaire. Il s’agissait de matérialiser le tracé du méridien en plantant des arbres sur tout son parcours, de Dunkerque jusqu’à la frontière Franco-Espagnole.

Le projet est porté par un architecte de renom Paul Chemetov et démarre en 1998. Le journal Officiel publie une circulaire pour en préciser la signalétique :

Circulaire no 2000-31 du 4 mai 2000 relative à la signalisation routière de la méridienne verte

Dans le cadre des festivités organisées pour l’an 2000, la méridienne verte, projet imaginé par l’architecte Paul Chemetov matérialisant le méridien de Paris par la plantation de milliers d’arbres entre Dunkerque et Prats-de-Mollo, est en cours de réalisation.
Le réseau routier croisera la méridienne verte sur 337 communes. Les gestionnaires de voirie qui souhaitent signaler les croisements entre la route et les plantations doivent utiliser le panneau de signalisation dont la description et les conditions d’implantation sont précisées en annexe, à l’exclusion de tout autre.
Afin que la méridienne verte soit signalée de façon uniforme sur tous les réseaux routiers et autoroutiers (nationaux, départementaux et communaux), il est demandé aux préfets de département de porter les dispositions de la présente circulaire à la connaissance du président du conseil général et des maires des communes dont le territoire est traversé par le méridien de Paris. La liste des communes concernées est diffusée sur le site internet : http ://www.2000enfrance.com/sites/meridienne/index.htm (NdR : ce lien n’est plus actif)

Le panneau E 31, dit de « localisation de tous lieux traversés par la route pour lesquels il n’existe pas de panneau spécifique », doit être utilisé pour signaler la méridienne verte, à l’exclusion de tout autre.
Les règles de composition sont les suivantes :
– panneau à fond noir et inscription blanche;
– logo vert sur fond blanc ;
– caractères en italique (alphabet L.4 entièrement en minuscules);
– panneau rétroréfléchissant.


Pour le ministre et par délégation :
La directrice de la sécurité et de la circulation routières,
I. Massin

Le Sénat s’associe au projet de façon active :

«Le méridien de Paris traversant de part en part le Palais et le Jardin du Luxembourg, le Sénat a souhaité s’associer au projet Méridienne Verte, « monument végétal pour l’an 2000 », qui est l’une des manifestations les plus emblématiques du passage au nouveau millénaire. Fidèle à sa vocation de représentant constitutionnel des « collectivités territoriales de la République », le Sénat a décidé d’offrir un arbre aux 337 communes situées le long du méridien. Il leur propose aujourd’hui de les aider à créer gratuitement leur site Internet.» (https://web.archive.org/web/20120324135539/http://14juillet.senat.fr/meridienne/)

Le méridien traverse 20 départements depuis le Dunkerque dans le Nord (59) jusqu’à Prats-de-Mollo-la-Preste dans les Pyrénées Orientales (66). La méridienne verte suit donc ce tracé qui passe en Corrèze, dans la partie Est, sur le territoire de 9 communes : Couffy s/sarsonne, Courteix, St Pardoux le Neuf, Ussel, St Exupéry les Roches, Mestes, Chirac-Bellevue, St Étienne la Geneste, Ste Marie Lapanouze, Liginiac et Sérandon.

Sur chacune de ces communes on peut s’attendre à trouver un massif cylindrique en béton d’une hauteur d’environ 1 mètre, au sommet duquel est incrusté un médaillon commémoratif standard et un ensemble de tuteurs qui maintiennent l’arbre qui a été planté à l’occasion.

En réalité, sur le terrain, on a du mal à localiser tous les poteaux béton; d’autre part les arbres plantés à l’époque n’ont pas tous survécu …

Néanmoins, il reste encore de nombreux vestiges bien identifiables, qui ont fait l’objet d’un petit reportage photographique (voir page suivante).