Les autres sites gallo-romains

Les autres sites gallo-romains

  3 – le site de Margerides

Découvert en 1965. Le site n’est certes pas le plus spectaculaire mais a livré quelques vestiges intéressants conservés au musée Marius Vazeilles à Meymac : des monnaies et plusieurs statuettes façonnées dans de la roche volcanique d’Auvergne; l’une d’entre elles, de plus de 40 cm de hauteur, représente l’épouse de l’empereur Marc-Aurèle, Faustine La Jeune. Pour la petite histoire, Faustine eut 14 enfants et avait coutume d’accompagner son mari lors des expéditions militaires, où elle gagna le surnom de « mère des camps » …

Sur les lieux ont été identifiés trois temples (fanum, au pluriel, fana) de forme carré. Le plus grand des trois a un côté long de près de 13 m, la partie centrale ou cella faisant elle, 7 m sur 7 (la cella est le lieu où est exposé la divinité et où seuls les prêtres avaient accès)

Le site aurait été occupé depuis l’époque gauloise jusqu’au début du 5ème siècle.

 4 – le site des Mazières (Gourdon-Murat)

Sur la commune de Gourdon-Murat, un peu au sud-est du hameau de Murat, on peut découvrir le site des Mazières qui est accessible par un chemin de randonnée dont le départ est marqué par un panneau d’information.

Ce site (re)découvert en 1935 comporte les vestiges d’une très grande villa dont l’emprise au sol délimite un rectangle de 60 x 65 m enserrant une cour intérieure, d’un four à tuiles en partie enfoui et un monument funéraire de près de 10 mètres de diamètre, remarquable par sa forme, sa constitution et aussi sa conservation.

Les fouilles réalisées dans les années 60 ont permis de retrouver des statuettes (une Vénus sortant du bain) et des fragments de céramiques qui datent semble-t-il du 2ème siècle.

 5 – le site des Jaillants (Pradines)

À quelques kilomètres du site précédent, sur la commune voisine de Pradines, on peut découvrir le site gallo-romain des Jaillants, fouillé en 1966 et 1967.

Les fondations d’un fanum (temple gallo-romain) rectangulaire composée d’une gallerie périphérique de 14 x 12 m entourant une partie centrale, elle aussi rectangulaire et dénommée cella, de 8 x 6 m. Un second fanum, de forme carré, a été découvert à quelques dizaine de mètres du premier.

Les quelques fragments de poterie retrouvés sur le site permettent de proposer une datation entre le Ier et IIème siècle.

 6 – l’aigle romaine d’Ussel

C’est un monument emblématique de la ville d’Ussel. En granite gris, haut de 1,67 m (ou 1,93 m selon certaines sources, ce qui doit inclure le socle), cet aigle a été découvert dans le lit de La Sarsonne, au moulin du Peuch, près de l’emplacement de l’oppidum du Peyrot, au XVIIIè siècle. Sa découverte est attestée dans un document officiel, établi à Ussel en 1769.

La tête manquante a été reconstituée en 1804 pour l’occasion du couronnement de Napoléon Ier.

Le sommet de l’aile droite qui était mutilé a également été refait.

Ce monument daté du II-IIIe siècle est maintenant implanté sur la place du collège Voltaire, en bordure de la route de Tulle. On ne peut le manquer lorsque l’on vient de cette direction.

Certains avancent que cette sculpture aurait orné le monument funéraire d’un notable romain (un militaire?); ou bien était-ce une sorte d’enseigne qui marquait l’entrée de l’oppidum3 du Peyrot ?

3 oppidum : on peut traduire ce terme par enceinte fortifiée

 7 – les autres sites

D’autres sites de moindre importance ont été localisés sur le territoire Corrézien et ont fait l’objet de fouilles ; c’est la cas à Bugeat (lieu-dit le Champ du Palais), à St Eloy les Tuileries, au lieu-dit Le Boin, à Saint-Fréjoux, lieu dit La Grange, St Rémy lieu dit Les Fonts, etc

À St Eloy les Tuileries, pas très loin de la grange ovalaire, elle-même classée comme monument historique, on peut découvrir les restes d’une imposante villa, découverts en 1970.

L’ensemble principal est constituée de plusieurs bâtiments délimitant un périmètre de 80 x 75 m; un bâtiment à usage thermal est situé à proximité.

Le site est classé aux Monuments Historiques, mais par manque d’entretien, il est devenu presque inaccessible car envahi par la végétation.

Quelques céramiques, pots, marmites, jattes, ont été trouvées sur place.

Ouvrages ou sites consultés :

– Site généraliste de M. Guy Lintz : http://nalfin.fr/publications/bibliographie.php

– Tintignac une page dédiée au site : https://tintignac.wixsite.com/tintignac-naves

– Une reconstitution :

https://www.lamontagne.fr/naves-19460/loisirs/ce-que-revelent-les-tresors-et-le-site-gallo-romain-de-tintignac-a-naves-correze_13645083/

https://www.lamontagne.fr/margerides/2013/12/20/voyage-dans-les-sanctuaires-et-mausolees_1810967.html

– La page dédiée au site des Mazières de M. Guy Lintz archéologue : http://nalfin.fr/mazieres/index.php

2 Replies to “Les autres sites gallo-romains”

  1. Très intéressant bon travail de recherche.
    Ton site permet de découvrir et donne vraiment envie de passer du temps par chez toi.
    Très bon commentaires et belle présentation.
    Merci continu. Jpp

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *