Étiquette : Eygurande

Le Dr François Longy

Le Dr François Longy

Le docteur François Longy (1828-1899) a exercé son métier de médecin sur le canton d’Eygurande exclusivement. Il fut en outre maire de la commune et conseiller général du même canton de 1867 jusqu’à sa mort.

Il connaissait donc parfaitement ce territoire et ses habitants, avait sans doute recueilli quelques confidences lors de ses visites. Et il était donc parfaitement fondé à en faire la description.

Il a rédigé une monographie, parue en 1891, dans laquelle il décrit en détail le canton, sa géographie, son histoire et ses habitants. Et il consacre un chapitre à chacune des 10 communes qui le composaient alors (depuis 2015, il a été intégré dans le canton d’Ussel et n’a plus d’existence administrative )

Cet ouvrage constitue un témoignage historique précieux et précis sur la vie dans les campagnes Haute-Corréziennes, à la fin du XIXème siècle. On prétend que son recensement de la faune piscicole sert encore de référence pour évaluer la perte de diversité et l’appauvrissement de la richesse biologique de nos rivières.

Le docteur Longy n’est pas un écrivain à proprement parler, plutôt un érudit. Il a écrit d’autres ouvrages à caractère historique : « Port Dieu et son prieuré » (1889), « Généalogie de la famille de Bort » (1895)

 

[ Sur la géologie et ses limites de l’époque ]

Époque secondaire.

Cette époque a une durée de 2 millions 300 mille ans environ, pendant laquelle la croûte terrestre augmente de cinq kilomètres d’épaisseur. [ on sait aujourd’hui que le mésozoïque a duré 180 millions d’années ]

Le jour et la nuit n’existent pas encore; une température uniforme de 26 à 30 degrés se maintient pendant toute l’année dans notre pays, où les arbres à feuilles persistantes et les animaux géants deviennent nombreux.

[ À cette époque, pour évaluer l’âge de la terre et du système solaire, les astronomes et géologues essaient de calculer le temps nécessaire pour que la Terre passe graduellement de l’état gazeux initial à l’état solide, la température diminuant régulièrement jusqu’aux valeurs qu’on connaît actuellement. Ce faisant, ils ignorent alors la chaleur résultant de la fission des atomes, phénomène encore inconnu à l’époque et commettent donc une erreur importante… ]

.

[ Description de la campagne Corrézienne ]

Ces villages, presque toujours bâtis à mi-côte des mamelons, abrités contre les vents du nord, offrent un aspect rustique et gracieux avec leurs maisons couvertes en chaume et les grands

arbres qui les entourent. Les habitations, surtout celles nouvellement construites, sont assez confortables et sans les fumiers et les terreaux qui encombrent les chemins et s’étendent jusqu’aux portes, elles seraient dans d’assez bonnes conditions de propreté et de salubrité.

Les prés, les champs et les pacages, généralement situés autour des bâtiments d’exploitation, sont clos par des haies d’aubépines, de houx, de coudriers, de hêtres, de chênes, de bouleaux et de frênes. Puis viennent les bruyères qui recouvrent les sommets, et de petits bouquets de bois plantés çà et là.

Quelques arbres fruitiers bordent les chemins du village ou forment de petits vergers.

Des ruisseaux à l’eau limpide parcourent les vallées et arrosent les prairies.

Aux mois de mai et de juin, arbres et plantes ont une couleur vert-tendre qui réjouit la vue et qu’on ne rencontre que dans les pays montagneux.

Le silence de cette belle nature n’est interrompu que par le murmure des ruisseaux, le bruissement des feuilles, le bourdonnement des insectes, le cri des animaux, le chant des oiseaux et des laboureurs. Pendant les beaux jours, une course à travers les petits sentiers des bruyères ou à l’ombre des grands arbres, offre un charme tout particulier et difficile à décrire.

Tantôt on parcourt une petite vallée ombreuse et fraîche, tantôt du haut d’un monticule on découvre un immense horizon; un ciel pur déploie son dôme azuré ; les oiseaux voltigent de branche en branche, les abeilles butinent les fleurs; un chant lointain vient parfois frapper l’oreille;

on respire un air tiède et pur ; on est heureux de vivre, et on reste plongé dans une douce rêverie.

Sur les plateaux, le panorama est admirable ; la vue s’étend jusqu’aux montagnes d’Auvergne ; elle embrasse à de grandes distances le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Corrèze et la Creuse.

Les plus beaux points de vue sont au château et au plateau d’Aix, à Lavervialle et au Puy-Saley, près de Lamazière-Haute, au plateau de Bongue, et sur les hauteurs de la Bourgeade et de la Veyssie.

Le climat du canton d’Eygurande est très sain, mais assez froid. Son altitude et sa proximité des montagnes d’Auvergne, dont les sommets sont recouverts de neige pendant six mois au moins, en sont la cause principale. La température est variable, ses changements sont brusques même en été; la moindre ondée ou le vent du Nord font baisser le thermomètre. Aux mois de juillet et d’août, les journées sont souvent très chaudes, quoique tempérées ordinairement par une brise légère, mais la température s’abaisse le soir et les nuits sont relativement fraîches.

[ Avis aux promoteurs d’éoliennes ]

Les vents sont très variables ; ils changent souvent de direction du matin au soir ; aussi il est impossible d’établir des moulins à vent dans notre pays.

[ Le climat ]

Souvent, vers la fin d’octobre, une légère couche de neige vient blanchir la terre pendant un jour ou deux et annoncer l’hiver ; souvent aussi elle reparaît pour quelques heures au mois de mai et même de juin pour nous rappeler les neiges d’antan ; mais les mois réellement neigeux sont ceux de décembre, janvier et février. La couche neigeuse atteint parfois une épaisseur moyenne de 50 à 80 centimètres. (En 1829-30 et en 1870-71, elle a dépassé 1 mètre de hauteur). Elle persiste alors sans interruption pendant deux ou trois mois. Chassée des sommets par les vents du nord et du nord-est, la neige s’amoncelle dans les vallées et les chemins en contre-bas. La circulation des voitures devient impossible, et c’est alors que les habitants de Laqueuille et de ses environs se rendent en traîneau aux foires de Bourg-Lastic et d’Eygurande.

Pendant ces longs hivers surviennent parfois des tourmentes de neige appelées écirs ou échires, du celtique échira, neige, tourmente. C’est un des phénomènes les plus redoutables des pays élevés ; c’est le simoun du désert. Pour l’œil exercé, l’ouragan a des signes précurseurs : l’horizon est gris et sombre, les hauteurs se couvrent d’un voile, des nuages immobiles obscurcissent le ciel, le froid est vif et piquant, la nature prend un aspect morne et triste, c’est le repos absolu avant une lutte violente. Tout à coup un vent furieux se déchaîne ; il soulève des tourbillons de neige et produit des bruits étranges qui sont presque des lamentations. La bourrasque vous enveloppe alors ; une neige fine et ténue vous fouette le visage et produit l’effet de piqûres d’épingles ; elle vous aveugle et pénètre même à travers vos vêtements. Au milieu de la lande que recouvre un immense linceul de neige, vous avez beau vous retourner, vous êtes toujours battu par la tempête. Complètement égaré, vous allez devant vous, au hasard, puis, poussé par un tourbillon, vous décrivez un demi-cercle et vous revenez sur vos pas. Peu à peu la fatigue s’empare de vous, vous vous asseyez pour respirer et pour vous reposer; vous vous endormez et la mort vient vous surprendre pendant ce sommeil léthargique.

[ Les voies de communication ]

Jusqu’en 1822, la voie romaine [passe à Aix notamment – lien ] fut le seul chemin à peu près viable du canton ( ! )

[ Les habitants et leurs coutumes ]

Les habitants du canton sont généralement robustes et bien constitués ; au point de vue du recrutement [ le conseil de révision ?], ils occupent le premier rang dans la Corrèze.

il existe deux types principaux qui se rattachent aux races primitives.

Certains individus, sous-brachycéphales orthognathes, à la taille moyenne ou petite, aux cheveux lisses et plats, noirs ou châtain foncé aux yeux bruns ou bleu foncé, au front peu élevé, à la peau mate et velue, au cou assez court, aux épaules larges, à la poitrine bien développée, aux membres fortement musclés, représentent la race celtique.

D’autres, sous-dolichocéphales orthognathes, à la taille élevée au front large et découvert, aux cheveux blonds ou châtain clair, aux yeux bleus ou gris, à la peau blanche, au teint coloré, aux membres moins charnus, se rattachent aux races germaniques.

L’occupation romaine paraît avoir apporté des mœurs et des institutions plutôt qu’un élément ethnique ; les légions étaient du reste composées de peuples divers ; néanmoins, quelques rares familles rappellent encore les types grec et romain.

On rencontre aussi quelques personnes aux pommettes saillantes,au visage anguleux, au front bas, au nez épaté, aux narines ouvertes, aux yeux un peu obliques, aux cils courts, a la bouche grande avec de grosses lèvres,aux incisives larges et proclives, aux mains et aux pieds petits, aux cheveux rudes et plats, aux membres gros, charnus et bien dessinés. Ils descendent de la race mongole, et leurs ancêtres, sous le nom de Huns, ont ravagé le pays au Ve siècle.

Il existe encore de nos jours de très rares individus aux cheveux et aux yeux noirs, à la peau brune ou basanée, à la taille élevée, à la constitution plutôt maigre que grasse, aux muscles d ‘acier, qui rappellent le type arabe et l’invasion du VIIIe siècle.

[ brachycéphale : qui a le crâne plus large que long ; contraire : dolichocéphale ]

[ La langue locale : le patois ]

Le langage usuel est le patois, cette vieille langue limousine qui brilla d’un si vif éclat au moyen âge.

Autrefois ce dialecte était usité dans les couvents de femmes, tandis que le latin était employé dans les couvents d’hommes. Il y a quelques années, les curés faisaient encore dans nos campagnes leurs sermons et le catéchisme en patois.

Depuis le XVe siècle, la langue française prend de jour en jour une prépondérance de plus en plus grande; et par suite de l’émigration et de l’instruction primaire, dans quelques années, notre vieux patois ira dormir du côté du grec et du latin.

[ Les mœurs ]

La femme est l’égale du mari

Dans un mariage, après les qualités morales et intellectuelles, on doit surtout recherche la santé et une bonne constitution

Les garçons se marient ordinairement entre vingt-cinq et trente ans, les filles entre dix-huit et vingt deux ans. C’est l’âge le plus convenable à tous les points de vue.Une sympathie mutuelle, les convenances de famille et les intérêts matériels contribuent chacun pour leur part à ces unions, qui sont généralement heureuses ; car futurs et familles se connaissent parfaitement ; aussi la séparation de corps et le divorce sont-ils inconnus parmi nos populations rurales

[ Un nom inattendu ]

Autrefois .. une chemise de toile écrue .. un large tricot pour le travail et une limousine, manteau rayé à longs poils, pour les jours de froid ou de pluie, constituaient le costume des hommes. J’ai vu, il y a à peine trente ans [ vers 1860 donc ], de beaux vieillards qui avaient conservé ce costume et portaient des cheveux longs attachés derrière la tête au moyen d’une natte.

 

sources : Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, années 1891 à 1893, BNF

 

Voies romaines de Corrèze

Voies romaines de Corrèze

Après les campagnes de César, la Gaule connaît une période prolongée de paix – et de prospérité par voie de conséquence – entre le 1er et le 3ème siècle après JC.

Tout le pays va être progressivement romanisé mais cette romanisation est autant acceptée que subie. Le territoire va être mis en valeur, des routes sont construites ainsi que de nombreux temples, théâtres ou thermes; l’urbanisation se développe selon le modèle des villes romaines. Dans les campagnes, des cultures nouvelles comme la vigne sont implantées et les mœurs ainsi que la langue romaine prennent le pas sur les us et coutumes gauloises. Et l’armée romaine garantit alors la paix sur tout le pays en s’opposant aux invasions barbares : c’est la pax romana.

De cette période (ou de ces périodes si l’on s’intéresse aux décennies qui ont précédé l’invasion par les armées romaines), subsistent des nombreux vestiges :

– routes : ce sont les « voies romaines »

– des sites funéraires

– des ruines de villas ou de temples

– des monuments

On retrouve nombre de vestiges de cette époque sur le département de la Corrèze qui faisait alors partie d’un territoire plus vaste, celui des Lemovices, correspondant sensiblement à l’ancienne région Limousin.

Les voies romaines :

La Gaule romaine est maillée de réseaux de routes (via) principales qu’on pourrait comparer toutes proportions gardées à notre réseau autoroutier et dont le point d’articulation est la ville de Lyon (Lugdunum). Une branche de ce réseau traverse l’Auvergne-Limousin : la via Agrippa II qui passe à Limoges et aboutit sur l’Atlantique à Saintes.

Le réseau secondaire est quant à lui beaucoup plus dense et une voie d’importance traverse la Corrèze, en provenance de Clermont Ferrand (Nemessos) et se dirigeant vers Périgueux, c’est la voie d’Hadrien. Cette voie qui date de la deuxième partie du 1er siècle (la datation s’appuie sur des monnaies retrouvées sur les lieux) a laissé des traces au voisinage d’Eygurande, à Aix.

On distingue deux types de voies :

– celles qui sont dites « en chaussée » c’est à dire construites en remblai (latin : agger) sur les plateaux ou les coteaux à faible pente et le tracé chemine alors par monts et par vaux. La toponymie en garde la trace sous la dénomination chaussade; des lieux-dits ainsi dénommés sont assez fréquents en Corrèze – Eygurande, St Yrieix le Déjalat, Combressol, Naves, St Augustin, etc – sans pour autant qu’ils soient forcément situés sur ou au voisinage d’une ancienne voie romaine …

– sur les reliefs plus soutenus, elles peuvent aussi suivre un itinéraire de crête ou une ligne de partage des eaux: elles sont alors plus ou moins décaissées, on parle de construction « en cavée » (on dirait aujourd’hui : en déblai). On les trouvera plutôt associées au toponyme pouges (du latin podium, hauteur) ou estrade, dérivé du mot strata. Ce dernier terme nous renseigne d’ailleurs sur la constitution de la voie, succession de strates de matériaux choisis pour en assurer la stabilité ainsi que le drainage (voir la coupe plus bas)

La voie visible sur la commune d’Aix appartient à cette seconde catégorie : la plate-forme est large de 7 m, avec une surface roulante proche de 6 m; elle est bordée de fossés dont la profondeur peut aller jusqu’à 0,80 m.

Cette portion de voie est en excellent état de conservation et peut être le point de départ d’une randonnée agréable. Elle est accessible à partir du bourg d’Aix, en se dirigeant vers le hameau de La Jarrige.

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Image3_LaVoieromainePourlesNuls.jpg.

 

Mais contrairement à ce que laisse entendre le panneau d’information placé à une des entrées, la voie est constituée en surface non pas de dalles, ce qui doit être sans doute le mode de construction des voies les plus importantes, mais de petits galets dont la taille courante est de l’ordre de 5 cm comme le montre la photo ci-dessous :

Cette voie visible en d’autres endroits traverse la Corrèze en passant au voisinage d’Egletons (on trouve des traces à Combressol, Rosiers d’Egletons), au nord de Tulle (à Naves, lieu-dit Tintignac) et se dirige vers le département de la Dordogne, en direction de Périgueux (Vesunna). D’autres voies ont été répertoriées sur le territoire, par exemple à Saint-Setiers où une portion du GR 440 emprunte un vestige de voie romaine : voir extrait de plan ci-dessous.

  L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Peyrelevade2232E_2001_VoieR.jpg.  

Selon JM Desbordes, un tronçon d’un axe reliant la Méditerranée à, l’Armorique, antérieur à l’occupation romaine, part d’Argentat en direction de la Vézère via Tintignac et Espartignac; une autre voie aurait aussi relié Bort les Orgues à Bugeat …

Ouvrages ou sites consultés :

– Voies romaines en Limousin JM Desbordes 1995 – La vie quotidienne en Gaule pendant la paix romaine, Paul-Marie Duval, Hachette 1952 – le pays d’Eygurande Simon Louradour 2005